• Pouvez-vous vous présenter brièvement ? (parcours professionnel et personnel)

Je m’appelle Florian, je suis né en 1998 et après un bac ES je me suis orienté vers l’étude de langues vivantes, choix logique vu mes envies de voyager et l’intérêt que j’éprouvais envers les cultures étrangères. Après une licence LEA à Orléans (marquée par une L3 inoubliable et qui changea ma vie en Erasmus à Séville) j’ai décidé de m’orienter vers le monde du FLE. J’ai donc effectué un M1 SDL DFP à Orléans et ai décidé de partir en césure en 2020-2021 afin d’approfondir mes connaissances professionnelles et de découvrir davantage l’Italie et sa langue. Cette césure, en tant qu’assistant de langue française dans un collège italien dans le cadre du programme France Éducation International, a été très enrichissante. Mon année de M2 m’a elle permis d’avoir accès à un stage de 500h, que j’ai décidé d’effectuer au sein de l’AF de Padoue.

  • Quel est votre rôle à l’AF de Padoue ?

Je donne des cours de français, fais la promotion de l’AF d’un point de vue didactique et interviens dans des établissements scolaires en tant qu’assistant de langue.

  • Qu’est-ce que cette expérience au sein de l’Alliance vous apporte ?

Elle me pousse à m’adapter, à agir davantage en autonomie tout en me permettant de découvrir davantage le système scolaire italien. Je suis également en contact avec des personnes d’expérience qui m’apportent énormément d’un point de vue professionnel.
Je peux également innover dans mes cours et tester différentes formules.

  • Avez-vous une devise, un mantra qui vous correspond ? Pourquoi ?

« Nos désirs sont les pressentiments des possibilités qui sont en nous.  »
Toute ma vie je me suis senti attiré par l’étranger et par cette immensité inconnue qui semblait intouchable. Depuis ma première expérience hors de France je ne fais que repousser les limites de ce que je me pensais capable de faire.

  • Quel lien entretenez-vous avec le français ?

Je suis très fier d’être français mais surtout d’être francophone. J’adore l’aura qu’a la langue française et les réactions qu’elle suscite chez les étrangers, puisqu’elle ne laisse jamais indifférent. J’espère donc participer à son développement et pouvoir enseigner cette langue le plus longtemps possible.

  • Quelles sont vos passions ou les activités que vous réalisez durant votre temps libre ?

Si voyager peut être considéré comme une passion je dirais que cela me permet de me sentir vivant. J’essaie donc de voir mes amis au maximum pour faire du sport, apprendre de nouvelles choses et tout cela en voyageant.

  • Qu’est-ce qui vous a donné envie de rejoindre l’AF ?

L’entretien que j’ai pu avoir avec Magali Boureux a été extrêmement stimulant et m’a donné l’image d’une AF très innovante (notamment concernant les méthodes de remédiation phonétique) et ouverte à la collaboration.

  • Comment cultivez-vous votre passion du français ?

J’essaie de m’intéresser au maximum aux différentes évolutions linguistiques du français et de lien avec la sociologie des territoires. Ce que j’aime le plus de cette langue c’est qu’elle change constamment et que ces évolutions sont étroitement liées à des faits sociologiques, historiques et/ou économiques. Ma passion de l’actualité et de l’histoire me permet donc de cultiver celle du français, que je peux ensuite enseigner en participant à son développement.

Print Friendly, PDF & Email