LES HUIT LIEUX DE LA CANDIDATURE

La candidature de Padoue 2020 est composée d’un ensemble de huit sites uniques qui racontent l’histoire de Padoue au XIVe siècle à partir d’un chef-d’œuvre incontestable : les fresques de Giotto dans la chapelle des Scrovegni. Ensemble, les huit sites créent un parcours cohérent, une histoire à découvrir et à préserver dans son unité.

Ces différents sites, publics et privés, laïcs et religieux, sont réunis pour continuer à préserver, sauvegarder, valoriser et promouvoir un patrimoine historique et artistique né du génie humain, afin de le transmettre intact aux générations futures du monde entier.

La présentation des huit lieux de la ville qui font partie de la candidature UNESCO 2020 est une traduction du dépliant publié pour valoriser la candidature. Les photos sont à retrouver sur le site Padova Urbs picta.

Carte des lieux dans la ville

1 – Chapelle des Scrovegni (Cappella Degli Scrovegni)

Piazza Eremitani, 8

Le monument le plus important de la candidature protège les fresques les plus représentatives et les mieux conservées de Giotto. Des scènes de la vie de Jésus-Christ et de la Vierge Marie, ainsi que des prophètes et des allégories se succèdent à l’intérieur de cadres géométriques sous le ciel bleu lapis-lazuli de la voûte étoilée. Tout amène les visiteurs à admirer la fresque grandiose du Jugement Dernier qui recouvre entièrement le mur ouest.

Le musée des Érémitiques abrite lui aussi des témoignages uniques de la peinture padouane du XIVe siècle: la Croix de Giotto, provenant de la Chapelle des Scrovegni, les fresques décrochées de Pietro et Giuliano de Rimini, les panneaux peints par Guariento dans la Chapelle du Palais Carrarese, la fresque de la Vierge de l’Humilité de Cennino Cennini. C’est dans ce musée que les oeuvres rares et uniques provenant de tout le territoire sont regroupées, mises en relation et conservées.

Giotto, Chapelle desi Scrovegni

 

2 – Église des Érémitiques (Chiesa dei Santi Filippo e Giacomo agli Eremitani)

Piazza Eremitani

Le choeur et l’abside de l’Église des Érémitiques abritent le cycle de fresques réalisé par Guariento di Arpo (1361-1365). Ces fresques représentent les histoires des saints Philippe, Jacques et Augustin, ainsi que des grisailles des planètes et des sept âges de l’homme.

Malgré les dommages subis durant la seconde Guerre Mondiale, l’église a conservé de nombreux témoignages de l’activité de Guariento dans la chapelle Saint-Antoine (1338), ainsi que des fresques de Giusto de’ Menabuoi dans les chapelles Cortellieri (1370) et Spisser (1373).

Guariento, Église des Érémitiques

 

3 – Palais de la Raison (Palazzo della Ragione)

Piazza delle Erbe

Au premier étage du Palais de la Raison se trouve la plus grande salle d’Europe. Elle est célèbre pour l’architecture de sa charpente en coque de bateau renversée et pour ses fresques qui offrent un témoignage de celles du XIVe siècle. Les fresques que l’on peut admirer aujourd’hui sont semblables au cycle giottesque d’origine, malheureusement perdu lors de l’incendie de 1420. Elles présentent des sujets astrologiques complexes reliés aux thèmes de la justice divine et de la justice terrestre qui était alors administrée dans cette salle.

Palais de la Raison

 

4 – Baptistère de la cathédrale (Battistero della Cattedrale)

Piazza Duomo

Le peintre Giusto de Menabuoi offre ici un important témoignage de mécénat au féminin, car il réalise son plus grand chef-d’oeuvre pour Fina de’ Buzzaccarini, l’épouse du seigneur Francesco de Carrare. Dans un espace restreint, il introduit des scènes et des personnages de l’Ancien et du Nouveau Testament qui trouvent leur apothéose dans le magnifique Christ bénissant, placé au centre du paradis représenté sur la coupole.

Giusto de’ Menabuoi, Baptistère de la Cathédrale

 

5 – Chapelle du Palais des Carraresi (Cappella della Reggia Carrarese)

Via Accademia, 7

La chapelle offre un témoignage étonnant de l’histoire du Palais des Carraresi à travers ses fresques peintes par Guariento di Arpo en 1354. Le cycle est connu pour ses figures angéliques, en partie conservées au musée  des Érémitiques, peintes sur panneaux de bois ou peintes à fresque. Leur emplacement d’origine reste une énigme fascinante pour la critique et les visiteurs, étant donné la complexité de leur représentation.

Guariento, Chapelle de la Reggia Carrarese

 

6 – Basilique et Couvent de la Basilique de saint Antoine (Basilica e Convento del Santo)

Piazza del Santo

Destination de millions de pèlerins chaque année et lieu de culte international, la basilique Saint-Antoine est également un monument incontournable de l’histoire de l’architecture et de l’art, notamment de la peinture du XIVe siècle. Dans la Basilique, sont conservées des fresques de Giotto (chapelle de la Vierge Noire, chapelle des Bénédictions, salle du Chapitre), de Giusto de’ Menabuoi (chapelle du Bienheureux Luc Belludi), d’Altichiero da Zevio et de Jacopo Avanzi (chapelle Saint-Jacques).

Giusto de’ Menabuoi, Basilique de saint Antoine

 

7 – Oratoire Saint Georges (Oratorio di San Giorgio)

Piazza del Santo

Construit en 1377, l’oratoire Saint-Georges a été peint par Altichiero da Zevio pour le Marquis Raimondino Lupi di Soragna. Les fresques qui recouvrent totalement l’intérieur de cette chapelle funéraire familiale sont restées intactes. Elles narrent la vie du Christ et de saint Georges, mais on y voit aussi des membres de la famille Lupi dont la noblesse y est célébrée.

Altichiero da Zevio, Oratoire Saint Georges

 

8 – Oratoire  Saint Michel (Oratorio di San Michele)

Piazzetta San Michele

L’importante famille padouane de Bovi a fait construire cette chapelle sur les fondations d’un ancien édifice sacré d’origine lombarde. Elle en a fait réaliser les fresques à Jacopo da Verona, qui avait déjà travaillé sur le chantier d’Altichiero da Zevio dans l’Oratoire Saint-Georges.

Les récits des Évangiles s’entremêlent avec des épisodes de la vie quotidienne et des portraits de l’élite padouane du XIVe siècle.

Jacopo da Verona, Oratoire Saint Michel

Vous pouvez retrouver ces informations et bien plus encore sur le site: http://www.padovaurbspicta.org/